Préparer l’examen d’avocat en 2019 : Tout savoir sur le CRFPA, l’IEJ, les Prépa,

Le mois de Décembre s’achève et un chassé-croisé un peu particulier se met en place : Des étudiants de toute la France s’interrogent sur l’année à venir et la préparation à l’examen d’avocat et au #CRFPA2019.

Pour celles et ceux qui s’intéressent au #CRFPA2019, vous vous posez certainement déjà beaucoup de questions :

  • Quel Institut d’Etude Juridique choisir
  • Faire une prépa : semestrielle, estivale..
  • Comment s’organisera le CRFPA en 2019
  • Cumuler un stage ou un emploi avec la préparation, est-ce faisable ?
  • Cumuler M1 et IEJ
  • Le choix des matières

Petite présentation

Vous êtes nombreux à avoir rejoint le blog en ce mois de Décembre. Je pense qu’il est important que vous sachiez où vous mettez les pieds.

Ce blog sur la préparation du CRFPA a été ouvert en Décembre 2016. Il y a donc à peine un an. Ayant obtenu le CRFPA en Novembre 2016, j’ai décidé de raconter mon parcours à travers ce blog. Un parcours qui n’était nullement déjà tout tracé et qui a été assez tortueux. Ayant échoué une première fois à l’examen, c’est lors de ma deuxième tentative que j’ai été admis à l’examen.

N’hésitez pas à parcourir les différents articles du blog. Il y en a une petite trentaine. Ils sont assez courts et traitent de sujets dont tous les étudiants préparant le CRFPA se posent :

  • Les prépas
  • Les ouvrages indispensables pour l’examen
  • Le fameux Grand Oral
  • Les révisions
  • La motivation
  • La méthodologie de la Note de Synthèse
  • Le déroulement des épreuves
  • Savoir décompresser

L’IEJ : Pour qui, Pourquoi ?

L’Institut d’Etude Judiciaire a une place à part entière dans la faculté. Présent dans chaque faculté de droit de France, l’IEJ permet de préparer les épreuves de l’examen d’entrée au CRFPA (Centre Régional de Formation Professionnelle des Avocats). Les IEJ préparent aussi parfois à l’ENM ou d’autres concours.

L’IEJ ne délivre pas en lui même de diplôme. Effectuer une année d’IEJ ne comptera pas dans votre parcours LMD (Licence-Master-Doctorat).

Les IEJ organisent principalement les examens relatifs au CRFPA.

Dissipons tout de suite une ambiguité : De nombreux étudiants (moi le premier à l’époque), confondent inscription aux cours de l’IEJ et inscription à l’examen.

Il n’y a aucune obligation de suivre les cours de l’IEJ pour passer l’examen du CRFPA. Vous pouvez très bien vous inscrire à l’examen sans avoir suivi les cours dispensés pendant l’année. Renseignez-vous auprès du secrétariat de l’IEJ de votre faculté.

Chaque année de nombreux étudiants s’inscrivent en candidat libre.

  • Comment s’inscrire à l’IEJ ?

Tout dépend des facultés. Certains facultés de droit recrutent sur dossier. Ces facultés sont cependant rares.

Pour se présenter à l’examen du CRFPA, vous devez justifier d’un Master 1. C’est le niveau minimum exigé. Cela signifie que vous pouvez très bien vous inscrire à l’IEJ alors même que vous réalisé votre M1.

La majorité des étudiants s’inscrivant à l’IEJ ont un M2. En effet, il est très difficile de suivre les cours de l’IEJ alors que l’on est en parallèle inscrit en M1. Tout simplement parce que les cours de l’IEJ se chevauchent avec vos cours de M1. Mission quasi-impossible donc. En revanche, vous pourrez peut être effectuer les examens blancs proposés durant l’année.

Sachez également que vous devrez justifier lors du passage du CRFPA, d’un M1 au minimum. Pas de panique, le calendrier est très bien fait. En effet, vous terminez votre année universitaire en Juin et le CRFPA est organisé en Septembre.

Vous validerez donc votre M1 en Juin (j’en suis sûr^^) et vous serez donc admis à concourir en Septembre. Attention cependant si vous êtes au rattrapage. Si ceux-ci sont organisés en Juin ce n’est pas un souci mais s’ils sont organisés en Septembre, vous ne pourrez sans doute pas vous présenter pour la session envisagée. Raison de plus pour obtenir votre M1 du premier coup !

Pour terminer sur les inscriptions, renseignez-vous également sur les dates limites d’inscriptions à l’examen. Là aussi tout dépend des facultés. Votre choix de matière devra être arrêté fin décembre-début Janvier pour certaines facultés alors que pour d’autres, vous aurez jusqu’à Juin.

  • L’organisation d’une année d’IEJ

L’organisation de l’année diffère sensiblement selon les IEJ. Certains dispensent de vrais cours tandis que d’autres se contentent de cours d’actualisation et de méthodologie. Tout dépend également des matières.

Mon IEJ organisait des cours d’actualisation de manière générale. Hormis en droit des obligations où nous avions un cours d’amphi traditionnel.

Les IEJ organisent également des entraînements durant l’année. Là aussi tout dépend de votre IEJ mais en moyenne, vous aurez 3 à 4 entraînements dans chacune de vos matières : Note de Synthèse, Procédure, Droit des obligations et matière de spécialité.

Les IEJ organisent également parfois des conférences. Vous aurez également des cours de libertés fondamentales pour vous préparer au Grand Oral. Des entraînements suivront.

Sachez que vous n’avez aucune obligation de présence lors des cours dispensés à l’IEJ (mise à part pour les boursiers peut être). Je vous encourage vraiment à faire les entraînements et notamment les notes de synthèses. Rien ne vaut 5 heures assis sur un fauteuil inconfortable d’amphi devant un sujet qui n’inspire pas pour se rendre compte de la difficulté de cette épreuve. Vous aurez mal au départ mais l’entraînement est la clef de votre succès (surtout pour l’épreuve de Note de synthèse).

Le choix des matières :

C’est l’arrêté du 17 Octobre 2016 qui fixe la nature des épreuves du CRFPA.

De manière très brève, voici le programme (Les tableaux proviennent du site internet de l’IEJ de Paris I, au demeurant très bien fait).

paris I

pARIS I

Attention à bien combiner votre épreuve de procédure avec la spécialité choisie.

Vient la question tant attendue : Comment choisir ses matières ? Stratégiquement ? Par pur plaisir ?

Je penche pour la deuxième option. Inutile d’aller à la pêche aux notes de la promo 2017 dans votre IEJ pour se faire ses propres statistiques en fonction de la meilleure moyenne. Je pense que c’est même un choix dangereux.

N’oubliez pas que vous partez pour un voyage au long cours de plusieurs mois. La préparation du CRFPA est un parcours du combattant où vous alternerez inévitablement baisse de motivation, découragement, remise en question mais aussi une forte envie de dépassement de soi et une nécessaire confiance en vous.

Bref, tout cela pour vous dire que pour conserver un minimum de confiance en vous  durant l’année qui arrive, il est nécessaire de travailler des matières qui vous plaisent et pour lesquelles vous ne vous lèverez pas chaque matin avec la boule au ventre. Je crois que c’est la base de révisions apaisées.

Bien sûr que la longueur de chacun des programmes peut rentrer en jeu mais cela ne doit pas être la raison qui dictera votre choix. Le bloc civil est un des programmes les plus denses. Soyez vigilant aux réformes qui pourraient entrer en vigueur en 2018 (réforme de la responsabilité civile, avant-projet de réforme en droit des sûretés..).

Vous êtes nombreux à m’interroger sur le choix de la spécialité en vous demandant s’il ne faut pas la choisir en fonction de l’IEJ. Encore une fois, n’oubliez pas que c’est une matière qui va vous suivre durant plusieurs mois. Bien que certains IEJ ou certaines facultés soient réputées pour une spécialité, rappelez-vous que la grille de correction est uniformisée. N’hésitez pas à interroger, sur les groupes facebook dédiés, des anciens étudiants pour savoir si ceux-ci ont réussi dans tel IEJ en prenant telle spécialité.

Certains sont aussi prêt à choisir une spécialité qu’ils n’ont pas forcément encore étudiée (un affairiste qui choisirait du pénal). Pourquoi pas. Là encore si la matière vous intéresse, cela n’est pas incohérent de choisir une matière en désaccord avec vos appétences. En revanche, si vous êtes déjà engagé dans un Master très spécialisé, essayez au maximum de choisir votre spécialité en fonction des cours qui vous seront dispensés durant l’année.

Enfin, ne tenez pas compte du Grand Oral pour le choix de votre matière de spécialité. Certains vous soutiendront que prendre pénal ou civil c’est prendre de l’avance sur le Grand Oral. Chaque chose en son temps. Il faut déjà franchir la barrière des écrits avant de se projeter vers le Grand Oral. Je ne pense pas que ce soit un bon calcul.

Jetez aussi un coup d’oeil dans le rétro. Vous avez un M1 au minimum. Quelles matières maîtrisez-vous le plus ? Faites aussi en fonction de votre année universitaire en cours.

Comment s’organisera le CRFPA en 2019 ?

En 2018, toutes les épreuves (hormis l’épreuve de note de synthèse) ont été sanctionnées par un cas pratique. A la fois l’épreuve de droit des obligations, de procédure et de spécialité.

Même si l’épreuve de spécialité devrait vraisemblablement conserver la spécificité du cas pratique, rien n’est précisé concernant le droit des obligations et la procédure.

La Commission Nationale en charge des épreuves du CRFPA communiquera certainement durant l’année 2019 à ce sujet. Soyez patients car les dernières précisions de cette Commission pour la session 2018 ont été données en Juin dernier.

Le CNB, les 7 et 8 Juillets 2018 a apporté des précisions sur le programme et sur certaines modifications (source – Dalloz Actualité) :

 

  • l’épreuve de droit des obligations verra ainsi ajouter aux contrats « les autres sources des obligations » afin d’insérer les avant-contrats et les quasi-contrats.
  • L’épreuve de droit civil sera également précisée s’agissant, d’une part, des contrats spéciaux qui intéresseront la vente, le mandat, le contrat d’entreprise, le prêt et le bail et, d’autre part, des sûretés qui couvriront le cautionnement, les hypothèques, les gages, les nantissements, les privilèges et le droit de rétention.
  • Pour l’épreuve de droit des affaires, les actes de commerce seront supprimés ainsi que les opérations financières, alors que le droit fiscal fera son entrée avec la nouvelle formulation suivante : « Les commerçants et sociétés commerciales : régime juridique et fiscal ».
  • La réintroduction du droit fiscal, si elle ne fait cependant pas de difficulté dans son principe, ne fait pas l’unanimité quant à ses modalités. Ainsi, notamment, le CNB, dans son avis, a demandé « fermement l’ajout, dans la liste des cas pratiques à option, d’un cas autonome de droit fiscal avec suppression de la référence isolée au droit fiscal dans la matière de droit des affaires » au regard de la part grandissante du conseil et du contentieux fiscal dans la profession d’avocat et du grand nombre de cabinets qui en ont fait une activité dominante.
  • Afin de recentrer le programme de l’épreuve de droit social, le « droit de la protection sociale » ne visera que le « régime général » et le droit international et européen sera remplacé par l’intitulé « Circulation et détachement des travailleurs salariés dans l’espace de l’Union européenne ».
  • Pour l’épreuve de droit pénal, sera inclus dans le « droit pénal général » le « régime de l’enfance délinquante ». Le « droit pénal spécial » est recentré sur les infractions contre les personnes, contre les biens, contre la nation, l’État et la paix publique. Le « droit pénal des affaires » est également délimité, il couvrira désormais les abus de biens sociaux, la banqueroute, le délit d’initié et les pratiques commerciales trompeuses. Enfin, le droit pénal du travail et le droit pénal international et européen seront supprimés.
  • Au titre de l’épreuve de droit administratif, le « droit administratif spécial » sera précisé et couvrira la fonction publique d’État, le droit des travaux publics, les contrats et marchés publics et le droit des étrangers.
  • Pour l’épreuve de droit international et européen, dont le périmètre était jugé trop large, le droit international public sera supprimé. Le « droit international privé » englobera le droit international privé de l’Union européenne et le « droit européen » sera remplacé par « Droit de l’Union européenne : droit institutionnel et matériel (les libertés de circulation, les règles de concurrence) ».
  • L’épreuve de procédure civile et modes alternatifs de règlement des différends sera augmentée de l’arbitrage, l’intitulé de l’épreuve devenant « Procédure civile, modes amiables de résolution des différends et modes alternatifs de règlement des différends ».
  • Enfin, par parallélisme de forme avec la procédure civile, l’épreuve de procédure administrativecontentieuse sera composée de la « procédure administrative contentieuse » et des « modes amiables de résolution des différends ».

Faire une prépa : une nécessité ?

Soyons clair : Faire une prépa ne conditionne pas votre réussite à l’examen du CRFPA.

Je pourrais vous donner de nombreux exemples de réussite d’étudiants n’ayant pas fait de prépa.

Si vous savez rester mobilisé et motivé durant l’année et que vous êtes capables de travailler seul, la prépa ne vous sera pas très utile. N’oubliez pas également que vous avez l’IEJ qui, malgré tout les reproches qui peuvent être fait parfois sur l’organisation des cours, organise de nombreux entraînements. La clef du succès de vos révisions, c’est aussi une grande force mentale.

En revanche, si vous avez du mal à vous concentrer, à travailler seul et que vous craignez de ne pas rester motivé tout au long de l’année, faire une prépa semestrielle peut vous être utile.

Je ne ferais ici aucun comparatif de prépa. Ce n’est pas mon rôle. Il y en a beaucoup sur Paris mais également en Province et de très bonne facture. Soyez juste vigilants à votre spécialité. Certaines prépa étant peut être plus spécialisés en fonction de leurs intervenants.

Le conseil que je peux vous donner est de prendre votre temps. De consulter les groupes spécialisés et les avis sur les prépas (attention à certains avis qui peuvent embellir la réalité). D’où l’intérêt de prendre son temps et d’interroger plusieurs personnes (votre entourage proche en premier lieu). La prépa c’est aussi votre deuxième maison, il faut s’y sentir bien. Allez donc visiter les locaux par exemple !

La question que vous vous posez certainement : prépa semestrielle (Fevrier – Juin) ou estivale (Juillet- Aout). C’est une question de temps. Si vous êtes en M2 et qu’il vous est impossible de concilier une prépa durant l’année, la question est réglée.

En revanche, si vous vous êtes pris une année pour le réviser, la question de la prépa semestrielle se pose : plus de temps pour réviser, de nombreux entraînements (encore qu’il faut les faire et les rendre..). Si votre IEJ vous apporte entière satisfaction, la prépa semestrielle n’est peut être pas nécessaire.

En revanche, si vous avez la possibilité de combiner prépa et IEJ, il peut être intéressant de multiplier les entraînements. Une prépa semestrielle c’est en moyenne 10 entraînement dans chaque matière..

Si vous avez d’autres préoccupations durant le début d’année 2019 (un stage, un emploi) et que vous ne pouvez ou ne voulez pas faire une préparation semestrielle, rien n’est perdu évidemment. Si vous constatez un retard dans vos révisions en Mai-Juin, ou si vous n’avez pas commencé (cela arrive), vous pourrez toujours rattraper votre retard avec une prépa estivale. L’IEJ de Paris I organise également sa prépa durant l’été.

Si vous envisagez de faire une prépa estivale, je vous conseille quand même de prendre un peu d’avance sur les fascicules que vous recevrez durant l’été. En effet, il y a souvent quelques semaines qui séparent la réception de vos fascicules de prépa et le début des cours dispensés par la prépa. N’attendez pas le dernier moment. Rien n’est pire que de subir sa prépa estivale. Le rythme est très élevé et les entraînements s’enchaînent en quelques semaines à vitesse grand V.

Enfin, sachez que certaines prépas peuvent se suivre à distance : bien souvent il vous suffira d’envoyer votre composition sur une plateforme. Les cours filmés en direct pourront être visionnés en replay

Faire un stage durant son année de préparation au CRFPA ?

Je n’y vois aucun inconvénient. Au contraire. Un stage, s’il se réalise dans le même domaine ou un domaine rapproché de la spécialité que vous envisagez au CRFPA, ne peut être que bénéfique pour vous.

Essayez dans la mesure du possible de rechercher votre stage en fonction de la spécialité que vous prendrez à l’examen. Expliquez votre démarche à votre maître de stage qui pourra peut être orienté le stage en fonction de vos attentes.

Pour la durée du stage, peu importe mais essayez de le terminer en Juin pour vous consacrer entièrement à vos révisions durant l’été. (Même raisonnement si vous combinez un emploi). Surtout, pas de stages durant l’été. J’ai fait cette erreur lors de mon premier passage. J’avais terminé un stage mi-juillet et j’enchaînais directement avec une prépa estivale. Ce fut une mission suicide.

Soyez quand même vigilant aux horaires et à la masse de travail. Essayez de ne pas arriver fatigué en milieu d’année, au moment où il faudra mettre un coup d’accélérateur dans vos révisions.

Pour conclure, l’année de préparation au CRFPA doit être votre année. Ne concevez pas vos révisions en fonction des autres et ne parasitez pas votre année en fonction d’éléments extérieurs. Faites les bons choix.

***

Pour être au courant des derniers articles du blog, vous pouvez vous abonner dans la colonne de droite en renseignant votre adresse mail —-►

Pour suivre le blog sur Twitter et connaître les dernières actualités juridiques nécessaires pour le CRFPA —-► @1anpourleCRFPA

https://platform.twitter.com/widgets.js

GRAND ORAL

Publicités

22 réflexions sur “Préparer l’examen d’avocat en 2019 : Tout savoir sur le CRFPA, l’IEJ, les Prépa,

  1. Bonsoir,
    Superbe article, j’ai pû apprendre beaucoup de choses.
    Juste une question, après avoir eu son master 2, on peut se préparer pendant un an ? Je ne me sens pas capable de faire mon Master 2 et l’examen du barreau en même temps. Les conditions reste les mêmes (inscription au IEJ etc,) ?
    Merci d’avance 😊

    1. Bonjour ! Merci pour ce message et votre fidélité au blog ! On peut tout à fait passer l’examen, un an après son M2 . On peut ainsi s’inscrire à l’IEJ uniquement pour y suivre les cours. Les conditions sont les mêmes effectivement. Bonne journée !

  2. Bonjour, doit on obligatoirement s’inscrire dans un IEJ pour passer le CRFPA ou peut on s’inscrire par un autre biais ? (je souhaiterai éviter de payer les frais de scolarité de l’IEJ étant donné que je ne suivrais pas les cours ). Merci

    1. Bonjour Avec ! Aucune obligation de s’inscrire à l’IEJ pour passer l’examen. Vous pouvez uniquement demander un dossier d’inscription à l’examen (il faudra quand même certainement vous adresser au secrétariat de l’IEJ..). Vous passerez alors l’examen en candidat libre ! Bon courage !

  3. Bonjour, combien de matières doit t’on choisir ? La formation de notre M1 est t-elle importante ? Si on choisit un Master (par exemple pénal) et qu’au final on souhaite s’orienter vers une autre carrière d’avocat (affaire par exemple) est ce possible ?

  4. ton blog est très bien mais je ne comprends toujours pas comment on s’inscrit à l’examen du barreau en candidat libre si on ne fait pas de prépa ?

  5. Bonjour,
    J’hésite énormément entre le droit social et le droit pénal. J’ai étudié ces deux matières en M1. Par contre je suis salariée depuis 10 ans en arbitrage international…Rien à voir !
    Est-ce que le choix d’une spécialité conditionne notre spécialité future ou cela n’a t-il aucune incidence pendant la formation à l’école d’avocats ? Je n’arrive pas à trouver d’infos à ce sujet. J’ai une certaine appétence pour le droit pénal (j’ai adoré étudier cette matière) même si je me vois mieux plus tard dans le droit social….Merci beaucoup ! Maya

  6. Bonjour, merci déjà pour vos précieux conseils, et la dernière phrase me touche particulièrement par rapport à mon cas… une copine qui a le même âge que moi, un master de droit comme moi, mais qui travaille depuis 3 ans alors que je prépare pour la troisième fois mes examens, avec l’aide de l’IEJ, m’inquiète beaucoup en me disant que ce n’est pas bien du tout que je n’ai fait aucun stage pendant ces trois années, qu’au grand oral il me poseront des questions à ce propos et que ça ne montre pas du tout ma motivation et que ça me portera préjudice. Moi j’ai voulu justement ne pas me laisser influencer quand je voyais que certains étudiants avaient l’air de faire beaucoup de choses à côté de l’IEJ, me disant que le but c’est d’avoir mon examen, que c’est déjà assez difficile comme ça pour ne pas me mettre des bâtons dans les roues en travaillant et ne me laissant pas beaucoup de temps pour réviser, surtout que j’ai vraiment commencé cette année à me rendre compte de l’ampleur du programme pour le grand oral… C’est mon choix, est-ce toujours justifié au bout de trois ans de préparation? Mon parcours me portera t-il préjudice? Je vous en serai très reconnaissante si vous pouviez me dire ce que vous en pensez …

    1. Bonsoir Béatrice ! Vous m’excuserez pour le retard dans ma réponse. Tout d’abord avant le M2 et mon passage du CRFPA, j’avais fais très peu de stages. Mon jury de Grand Oral n’a absolument pas évoqué avec moi mon CV ni mes motivations pour devenir avocat (arrivé au Grand Oral, vous l’avez généralement ..). Donc vous n’avez pas à vous inquiéter à ce sujet. De plus, le jury n’a pas accès à votre dossier d’étudiants. Le jury dispose seulement de votre dossier « CRFPA ». Bon courage et ne vous découragez pas et ne vous faites pas influencer !

  7. Bonjour,
    Le lieu d’inscription à l’IEJ est-il déterminant pour le lieu de l’école d’avocat ?
    Je ne sais pas si je suis très claire, par exemple, si je fais mon M2 à Clermont-Ferrand et donc que je m’inscris à l’IEJ de Clermont-Ferrand (et dans l’hypothèse où je réussirais le CRFPA), est-ce que j’irai forcément à l’EDA de Montpellier ? Ou est-il possible d’intégrer une autre école d’avocat ?

    1. Bonsoir. Le lieu d’inscription à l’IEJ n’est absolument pas déterminant. Vous pouvez vous inscrire à l’IEJ de Clermont et vous inscrire dans a l’EFB ou une autre école. Attention cependant les inscriptions « exterieures » sont soumises à une condition de places. Renseignez vous à l’avance pour votre dépôt de dossier. J’espère que vous recevez bien ce message. Excellente soirée !

      1. S’il vous plaît j’aimerais énormément avoir une réponse à mon problème… J’ai mis un commentaire en mars
        Je vous serai très reconnaissante de prendre le temps de me dire ce que vous en pensez…

      2. Bonsoir. Je vous ai répondu sous votre premier commentaire. N’hésitez pas à revenir vers moi si vous souhaitez une réponse complémentaire. Bonne soirée !

  8. Bonjour . J’ai repris mes études et je suis actuellement en M2 Droit des Collectivités Territoriales, j’aimerais passer l’examen , j’ai toujours rêvé de devenir avocate , donc les matières que je devrais choisir seront celles que j ‘ai étudié ou pas , maintenant je prépare mon mémoire et parallèlement je suis en stage car je devrais défendre les deux devant le jury au mois de juin, j’attends votre réponse et je suis de la Guadeloupe. je vous remercie

    1. Bonjour à vous ! Concernant les matières, il est est effectivement préférable de prendre des matières que vous avez pu déjà étudier. Si vous avez repris vos études en M2 Droit des Collectivités territoriales, il y a peut être peu de matières communes avec celles de l’examen du CRFPA. Si vraiment vous deviez partir sur d’autres matières, je vous conseil la matière droit pénal qui vous sera également bien utile pour les oraux. N’hésitez pas si vous avez d’autres questions. Bien à vous.

  9. Bonjour, merci pour les conseils,
    Peut-on considérer la prepa à distance comme une solution si on effectue un stage durant l’année ?
    Car l’inscription à l’IEJ est obligatoire pour avoir accès aux cours, puis se présenter aux examens,
    Et est-ce que ces 2 modes d’apprentissage peuvent être considérés comme équivalents dans les contenus et apports pour les épreuves ?

    1. Bonjour,

      Merci pour votre fidélité au blog. Concernant la prépa à distance, c’est une très bonne solution si vous êtes en stage mais attention à ne pas vous laisser distancer par le rythme de la prépa en présentielle. Il faut respecter les dates de composition et rendre vos devoirs en temps et en heure pour qu’ils soient correctement corrigés. Toutes les prépa proposent une option à distance et cela ne devrait pas être trop difficile à trouver. Concernant l’IEJ, il faut faire attention car il n’y a pas d’obligation à vous inscrire à l’IEJ pour vous présenter à l’examen, il suffit juste de vous inscrire, auprès de l’IEJ et cela n’est pas la même chose. Les IEJ jouent un peu de cette ambiguïté. Renseignez-vous bien à ce sujet. Attention, les enseignements ne sont pas tout à fait les mêmes. La prépa sera évidemment plus complète mais les devoirs préparés par votre IEJ (si vous décidez de suivre les modules de celui-ci) peuvent être intéressant pour leur correction (En effet, rappelez-vous que les copies sont corrigées dans chaque IEJ). Suivre une prépa et l’IEJ peut donc, en conclusion, être intéressant pour leur complémentarité, à condition de bien organiser son planning. Bon courage !

Répondre à 1anpourlecrfpa Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.