CRFPA 2019 : Derniers conseils et speech de motivation

S’il y avait une dernière lecture à conseiller avant mardi prochain, c’est peut-être celle-ci. Un speech de motivation version 2019 qui vient clôturer des moments de doute, d’euphorie et pour finir, d’épuisement, que seuls les aspirants à l’examen du CRFPA peuvent connaître et comprendre. Derniers conseils en suivant le planning d’une semaine qui va, certainement, changer votre vie.

La préparation du CRFPA, c’est, évidemment, beaucoup de sacrifices et à ce stade, on a souvent du mal à mesurer les bienfaits de sa préparation, à prendre du recul et notamment sur sa prépa estivale sur laquelle on avait fondé tant d’espoir. Cette dernière a au moins eu le mérite de vous avoir entraîné à tous les sujets possibles et inimaginables. Vous en avez fait tellement qu’il est même parfois difficile de vous souvenir des thèmes. Votre été a donc été synonyme de fatigue, de doute et, ce soir, vous n’êtes pas forcément au mieux de vous même.

Mais cette préparation aura également eu pour objectif de voir repousser vos limites. Vous avez été au bout du bout. Une préparation du CRFPA n’est jamais terminée. Il y aura toujours un chapitre ou une partie qui a été négligée, volontairement ou non. Que peut-on faire ? S’ingénier à réviser jusqu’au bout et boucler son programme par tout moyen au risque de faire pire que bien et de terminer sur les rotules ?

Vous vous êtes coupés du monde, êtes peu sorti et vous vous êtes privés de tellement de choses. Mais bonne nouvelle, à partir d’aujourd’hui, vous avez permission pour vous octroyer un ciné ou un verre entre amis. Ce n’est pas encore la folie dans votre vie affective mais c’est déjà un sacré début. Détendez-vous et surtout reposez-vous. Reprenez un semblant de vie normal pour que la semaine prochaine reste dans la normalité (et ceci afin de dédramatiser l’épreuve). Il faut vous préserver et je vous assure que ce sont ceux qui auront réussi à couper quelques jours avant le début des épreuves qui auront déjà une avance sur les autres : arriver avec une certaine fraîcheur intellectuelle à l’épreuve.

Dès aujourd’hui, arrêter les « révisions » et se reposer.

C’est un moment difficile et même parfois redouté : savoir arrêter ses révisions. Elles n’ont pas été parfaite pour personne, il y a peut être quelques impasses ou du moins des points  du programme qui ont été passés plus rapidement que d’autres. Cela arrive à tout le monde et même aux meilleurs. L’important aujourd’hui c’est que vous ayez une vue d’ensemble du programme de chaque matière.

Reprenez vos fiches d’arrêts si vous en avez fait, relisez une correction d’un cas pratique sur lequel vous êtes moins à l’aise. Si vraiment vous avez du mal à tout arrêter, prenez vous 2h tout au plus chaque jour mais pas plus.

Arrêtez aussi de vous triturer l’esprit avec des questions farfelues. Un exemple : « Un planeur électrique percute ma moto à l’arrêt qui s’encastre dans une voiture percutant elle aussi un piéton qui s’apprêtait à utiliser sa trottinette électrique –  Badinter s’applique-t-il ? »

Il vous faut maintenant vous reposer. Vous débutez mardi prochain par l’épreuve de la note de synthèse. Elle n’est pas simple à appréhender et elle demande un effort particulier de concentration. Vous allez sortir exténué de cette épreuve. Elle demande une méthodologie particulière et il vous faudra être attentif à certains détails :

  • Une introduction sans problématique qui doit, sauf particularisme de votre IEJ, respecter 5-6 lignes ;
  • Une problématique qui ne doit pas pas prendre la forme interrogative ;
  • Des titres précis et qualifiés
  • Des sous-parties et des développements qui doivent être « étanche » : On ne doit ainsi pas retrouver deux mêmes idées dans deux sous-parties différentes ;
  • Bien citer vos documents et bien tous les citer (relisez-vous à la fin de l’épreuve et vérifiez que tous les documents sont cités ! ) ;
  • Rester neutre durant toute la note de synthèse ;
  • Relire vos tournures de phrase.

Restez bien concentré durant les 5 heures. Il convient de terminer l’épreuve et de relire votre note de synthèse. Conservez également vos automatismes engrangés durant vos entraînements : code couleur, classement des documents et ordre chronologique de lecture..Essayez d’ici mardi de lister toutes les consignes propres à votre IEJ : votre problématique; (comment la formuler) combien de lignes pour votre introduction, où commencez-vous votre copie (en milieu de page, sur la page suivante..). Levez ces derniers doutes. Ce sont des questions souvent tenaces qui peuvent occulter votre concentration.

D’ici mardi prochain, vous pouvez relire des sujets et reprendre vos plans, relire les intitulés.

Persévérance durant les épreuves

C’est la clef de la réussite ! 70 % des étudiants vont certainement ressentir, dès mardi après l’épreuve de note de synthèse, une baisse de morale à cause d’un sujet et d’un thème qu’il auront tendance à croire, souvent à tord, peu emballant et peu inspirant. C’est pourtant à ce moment là qu’il va falloir redoubler d’effort pour y croire jusqu’au bout. Un examen du CRFPA c’est 4 épreuves écrites avec des coefficients à peu près similaires. L’épreuve de spécialité est également une épreuve importante pour vous. Ne négligez pas non plus la dernière épreuve de procédure. Peu importe les notes que vous avez pu obtenir durant les derniers jours de la prépa. A partir du moment où vous avez composé à la première épreuve, allez jusqu’au bout. Les bonnes surprises peuvent apparaître à tout moment et disons le clairement, l’examen du CRFPA se joue aussi grâce à une bonne part de chance.

Ne pas monter en épingle cet examen

On a tous eu tendance à monter en épingle l’examen du CRFPA. Entre nous, déjà, car on a tendance à se monter la tête entre nous, à savoir celui ou celle qui sera le plus stressé.

Maintenant c’est vous et vous seul. Au fond de vous même, je sais que vous voulez en découdre car vous vous êtes préparé depuis tellement longtemps. Vous ne supportez plus votre bureau, vous ne tenez plus en place et ne supportez plus de relire et encore relire vos corrections. Vous ne pouvez plus voir en peinture vos fiches. C’est un bon signe.

Vous avez tous fais du droit des obligations en L2. On vous a tous déjà parlé de la méthodologie de la consultation. Vous avez tous déjà ouvert un code de procédure. Il y aura certainement, mercredi ou jeudi parmi les nombreuses problématiques qui vous seront posées dans les consultations, des points techniques que vous maîtriserez moins que d’autres. C’est normal. Il faut vous préparer à cela. Il ne faudra pas paniquer et refuser de sauter l’obstacle.

Evacuer le syndrome de l’imposteur

En préparant l’examen, plus j’avançais dans mes révisions, plus j’avais l’impression que le métier d’avocat n’était pas fait pour moi, que cet examen était quasi-irréalisable. Je pensais que tout le monde, sauf moi, pouvait accéder à cette profession.

J’avais assez peu d’estime pour moi et je n’y croyais absolument pas. A la fin des épreuves écrites, je n’ai même pas eu la force de réviser pour le grand oral.

Cet examen je l’ai pourtant eu. J’ai redoublé d’efforts pour les oraux. C’est sans doute là que le déclic s’est fait et que je sentais que j’allais accéder à cette profession.

Ce n’était pourtant pas un rêve d’enfant de devenir avocat, pas une vocation non plus. En fait, tout cela pour vous dire que vous êtes tous différent et vous avez tous en vous, votre motivation personnelle qui vous fait passer cet examen et endurer le stress qu’il induit. Vous avez tous un projet de vie professionnel et vous savez toutes et tous pourquoi vous souhaitez embrasser cette profession.

Sachez que c’est une belle profession qui allie l’indépendance, la probité, le devoir vis à vis de son client et une déontologie que nous devons appliquer qui nous impose des règles et des devoirs. C’est une profession qui demande aussi de la ténacité, de la patience et de l’écoute. Chaque jour est si différent. C’est ce qui fait le bonheur de se lever chaque jour.

Je vous souhaite de l’embrasser cette profession, où vous goûterez à l’excitation du prétoire et à la dureté de la vie aussi. Je vous souhaite vraiment de réussir cet examen, commencement de votre futur formation à l’Ecole des avocats. Vous serez toutes et tous de bons futurs avocats. J’en suis convaincu. D’autant plus quand on arrive à ce stade et que l’on a vécu tant d’efforts et de privation dans sa préparation.

J’ai une forte pensée pour celles et ceux qui se présentent pour la deuxième ou la troisième fois. C’est un moment tellement inconfortable à passer avec une adrénaline si particulière et encore des efforts supplémentaires pour gérer ce stress qui s’empare de vous. Vous avez de l’expérience, utilisez-là. Mettez là à profit pour passer vos épreuves plus sereinement.

 

Une dernière question ? Une demande de dernière minute ? Vous pouvez utiliser le formulaire de contact présent sur le blog. J’essaye de répondre le plus rapidement possible et je serais attentif à n’oublier personne ce weekend ! 

Image GIF

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.